Après notre riche expérience de rencontre avec la famille de bergers, nous avons repris la route en direction de Rabat le mercredi 24/10. Objectif, effectuer les formalités pour obtenir les visas des pays que nous traverserons dans les semaines et mois à venir.

Avec notre attelage, il n’est pas toujours aisé de circuler et stationner dans les grandes villes. Aussi, nous cherchons souvent à nous installer dans un camping à proximité des grandes villes pour pouvoir stationner quelques jours, laisser la remorque dans le camping et nous déplacer en voiture, à pied ou encore en transports en commun. Malheureusement, nous n’avons trouvé aucun camping aux alentours de Rabat. Nous avons donc du descendre à Mohammedia (60 km au sud) pour trouver notre bonheur et nous installer ici quelques jours, au bord de la mer. Nous ferons donc de nombreux aller et retour entre Mohammedia et Rabat durant les six jours où nous sommes restés là-bas.

Nous nous reposons, Inès et Louis reprennent des forces après un « pied/main/bouche » et une bonne conjonctivite pour tous les deux! Heureusement la trousse à pharmacie est bien garnie et les pharmacies marocaines fournissent des collyres antibiotiques sans ordonnances!

Durant ce temps, nous avons fait quelques réparations sur la remorque. Eh oui, on continue de prendre l’eau… toujours ces problèmes d’étanchéité de la remorque. Donc Antoine a fait du joint et du joint, et du joint …

Nous avons arpenté en long, en large et en travers le quartier des ambassades de Rabat. Ce fût nos premières expériences du rythme africain lors de nos demandes de visa. Particulièrement pour la Côte d’Ivoire où nous avons du y aller à quatre reprises pour obtenir les visas. Il a fallu fournir une lettre d’invitation pour séjourner dans le pays. Heureusement, nous avions le contact d’une famille d’expatriés français résidant à Rabat qui avaient des amis à Abidjan. Quelques messages WhatsApp, un coup de fil, et le tour était joué. Nous avions une belle lettre d’invitation de personnes que nous ne connaissons pas, mais qui ont l’air charmantes ! Nous passerons donc les voir lors de notre séjour en Côte d’Ivoire.

A Rabat, nous avons rencontré Clarisse et Fabien qui y sont expatriés depuis quelques mois. Nous avons passé des moments extra avec eux. Leurs enfants avaient quasi les mêmes âgés que les nôtres. Ce sera donc l’excitation maximum pour les nôtres qui retrouvent enfin des enfants qui parlent leur langue.

Ces quelques jours, nous ont également donné l’occasion de visiter Rabat et sa médina. Les couleurs des étals sont magnifiques : fruits secs, poudres colorées, les fruits et légumes en tout genre. ll y a des gens partout, ça grouille de monde et de bruit. Nous tenons fermement les mains de nos chouchous de peur de les perdre! Nos pas nous portent dans la rue des Consults où exposent les artisans (tissus, cuir, orfèvre, …) que c’est beau. Le coup de cœur d’Antoine sera à la Kasbha des Oudayas.

Le samedi, nous ferons la connaissance de deux jeunes nantais, Clément et Axel qui faisaient escale au camping. Ils sont en train de boucler un voyage de 3 mois et s’apprêtent à remonter en France. Deux gars bien sympas avec qui nous avons partagé quelques bons moments et qui ont même participé aux travaux d’étanchéité de notre remorque.

Le lendemain, le changement d’horaire qui devait avoir lieu a été annulé par le gouvernement marocain 24h plus tôt. Imaginez le bazar. Personne ne savait qu’elle était la bonne heure. Mais tout le monde s’accordait à dire que c’était désormais la même heure qu’en France. Le hic, c’est que les fuseaux horaires des téléphones n’avaient pas pris note de l’annulation du changement d’horaire…
A Mohammedia, Quitterie retrouve par hasard Anne, une de ses anciennes amies étudiante parisienne. 12 ans qu’elles ne s’étaient pas revues ! Nous avons donc gagné une invitation à diner dans les jours qui ont suivi par cette famille expatriée depuis 3 ans. Merci Anne et Paul pour votre accueil et la joie de vivre chez vous.

Côté météo, nos dix premiers jours au Maroc n’ont pas été des plus simples. A Rabat, nous avons enchainé une semaine de pluie. Quand on dort sous la tente, c’est tout de suite moins drôle 😉 Non pas que celle-ci prenne l’eau. C’est plutôt que les repas, la sieste, l’école, et d’autres activités se font dans 5m2… et la cuisine se fait dehors sous la pluie. Lorsqu’il pleut 1 jour ou 2, on arrive encore à s’organiser, mais lorsque cela dure une semaine… Le camping de Mohammedia finira par être quasiment inondé, ce qui actera notre départ pour trouver refuge chez nos nouveaux amis français à Rabat (Clarisse et Fabien) le mardi soir.

Une fois les derniers visas en poche (mercredi 31/10) : objectif soleil ! et donc direction Merzouga.


Retrouvez dans notre épisode vidéo #4, quelques images de Rabat: