C’est en compagnie de Cam’ et Zag que nous découvrons les bords du lac Togo.

Nous faisons halte au bord du lac Togo. Un super bivouac tranquille. Il fait un temps magnifique, la vue est magique, la verdure luxuriante et personne en vue.

P3081149.JPG

Nous savourons durant deux jours ce petit coin de paradis. Nous nous essayerons à la pêche à la ligne (sans succès). Du coup Zag et Antoine prennent le défi de construire une vraie canne à pêche avec un moulinet et tout et tout. Des vrais gosses. Pour l’inaugurer, ils partent même, chaussés de cuissardes, à pied dans les profondeurs du lac. C’était l’occasion de sortir un peu ces vieilles cuissardes familiales de la malle… elles n’ont pas encore beaucoup servies en Afrique! Ils reviennent bredouilles peu de temps après, nous disant qu’ils ont eu un « doute » sur la présence de crocodiles dans le lac… 🙂

Ils ont bien fait, mais en bonnes épouses attentives et amoureuses, nous nous étions renseignées avec Camille pendant qu’ils pataugeaient dans l’eau. D’après les locaux et le petit futé il n’y a pas de présence de crocodiles dans le lac Togo mais bon en Afrique on est jamais sûre de rien!

 

Dimanche matin, nous partons de bonne heure ensemble en direction d’Aného pour avoir la messe de 9h qui doit être en français d’après le site internet de la paroisse. Nous arrivons sur place et en fait la messe était à 7h30 en langue locale. Le prêtre nous explique qu’il n’y a plus de messe en français depuis 2 ans…. hum vive les mises à jour sur internet.

Nous décidons de partir nous balader aujourd’hui dans le coin et de revenir à 18h30 pour une messe en langue locale. Le père, nous accueille pour la nuit dans la cour de la paroisse. C’est parfait.

Nous découvrons donc un bord de mer magnifique, avec des couleurs splendides. Une plage de sable d’or et une eau turquoise. Des pêcheurs sont en train de remonter leurs filets au son d’un tamtam et de chants traditionnels. Cela ressemble à une danse presque un peu envoutante. On s’en met pleins les yeux et les oreilles car ce spectacle est vraiment beau à voir; même si on ne peut s’empêcher d’imaginer d’autres méthodes plus efficaces et moins fatigantes pour remonter les filets…
Nous achèterons sur la plage de magnifiques poissons, crevettes et langoustes pour notre déjeuner.

A notre retour, messe du soir. On vous laisse imaginer : langue locale, sono à fond, et le maki (petit resto) derrière l’église a une sono plus puissante que celle de la paroisse. Donc ça donne une messe sur fond de MagicSystem. Nous couchons bien vite nos enfants après une sacrée journée de soleil et de marche à pieds sur la plage.

Le lendemain, lundi matin, dés 6h, nous sommes étonnés de voir autant d’enfants autour de notre bivouac. Nous ouvrons péniblement les yeux et nous rendons compte qu’autour de l’église, les bâtiments ne sont autres que des salles de classes…. Nous sommes posés au milieu de la cour de récréation!
Alors pour une fois, on accepte volontiers les regards étonnés voir ahuris des éléves, des parents ou des maîtresses qui vraiment doivent nous prendre pour des fous. Nous assisterons au rassemblement du matin avec la levée des couleurs, l’hymne du pays et à la prière du matin. Tout ce rassemblement se fait au garde à vous et les différentes classes défilent au pas. C’est génial. 4 enfants donnent le rythme en tapant sur des gros tambours. Les maitresses ont l’air sympa et une fois tout ce petit monde dans les classes, nous pouvons enfin prendre notre petit déjeuner presque peinards.
Le prêtre, n’avait pas pensé à nous prévenir que nous étions au milieu d’une cours d’école, cela ne posant à priori aucun problème pour lui!